Préparation physique

En matière d’entraînement musculaire, un des mythes les plus tenaces est que la douleur musculaire signifie que vous progressez et que si vous n’avez pas mal le lendemain, c’est que vous n’avez pas travaillé assez fort. Ce mythe repose sur la notion qui veut qu’un muscle qui subit des microlésions augmente en taille et en force. Cela résume de manière trop simpliste une série de changements physiologiques très complexes au niveau cellulaire qui implique nombre d’hormones, de facteurs de croissance et de nutriments. Il y a peu de preuves scientifiques selon lesquelles des microlésions aux muscles constituent le meilleur stimulus pour l’adaptation. Bien qu’il ne soit pas inhabituel de ressentir de la douleur pendant quelques jours lorsqu’on commence un nouveau programme d’entraînement, tenter d’avoir mal après chaque séance mènera rapidement à un surentraînement et à une foule de blessures, particulièrement les tendinites, car les tendons ne récupèrent pas aussi rapidement que les muscles après le stress de l’exercice.