Un monde de possibilités : Inspirer les femmes dans le sport (Partie 1 - Stephanie Jameson et Martha McCabe)

mercredi, 27 novembre, 2019
Un monde de possibilités : Inspirer les femmes dans le sport
Par David Grossman

 

L’Institut canadien du sport de l’Ontario croit au pouvoir du sport et à l’importance d’avoir des modèles et mentors positifs et inspirants à tous les niveaux sportifs. Cette série d’articles en cinq parties, écrite par le journaliste sportif primé David Grossman, a été conçue pour montrer comment des femmes remarquables de l’industrie ont utilisé le sport et les nombreuses compétences à transmettre qu’elles ont appris dans le sport pour les mener vers des occasions professionnelles et des postes de leadership.

En partenariat avec Sport Canada et son soutien financier aux initiatives d’égalité des genres dans le sport et de sécurité dans le sport, l’ICSO vise à être un chef de file dans la lutte pour un système sportif plus inclusif et égalitaire.

 

Atteindre le succès nécessite souvent d’avoir la capacité de gérer les difficultés, l’intolérance et la négativité.

Ce n’est pas différent dans le monde du sport.

Stephanie Jameson et Martha McCabe ont une passion de longue date pour le sport et ont représenté le Canada à l’échelle internationale tout en restant axées sur leurs objectifs. Il n’a pas simplement été question de l’acceptation et de l’égalité, mais aussi d’attirer l’attention sur la performance.

La force de Mme Jameson réside dans le hockey sur gazon. Pour Mme McCabe, c’est la natation.

Les deux femmes, ainsi que leur sport, étaient inséparables pendant des années. Ce qui leur permet de se distinguer en tant que leaders est leur capacité à s’organiser, à tenir compte des détails et à obtenir d’excellents résultats.

« Ce qui compte, c’est la manière dont on se voit soi-même », affirme Mme Jameson, qui a grandi dans une famille d’athlètes et qui a remporté trois titres universitaires canadiens en hockey sur gazon tout en étudiant à l’Université de la Colombie-Britannique.

« Lorsque j’avais 10 ans, j’étais gymnaste et je jouais aussi à la balle molle. Je n’ai pas pensé au hockey sur gazon avant l’âge de 16 ans. C’est à ce moment que j’ai réfléchi longtemps à mon avenir et lorsque j’ai joint l’escouade junior nationale, ma première occasion de jouer pour le Canada, j’ai vécu quelque chose de spécial. »

Stephanie Jameson, age 1 and age 3, already showing interest in Field Hockey.

Stephanie Jameson, à l’âge de 1 et 3 ans, qui montre déjà de l’intérêt pour le hockey sur gazon. (Photo : Stephanie Jameson)

Son expérience a été très positive, car elle a obtenu le record de la joueuse internationale de hockey sur gazon du Canada la plus douée avec la rondelle.

« J’ai eu une grande influence et je suis très fière de ma carrière en hockey sur gazon, de mon travail en tant qu’athlète, de mon héritage et de l’influence que j’ai eue sur les autres, » a mentionné Mme Jameson, qui a pris sa retraite du sport en 2012. « En tant qu’athlète, je cherchais toujours à travailler dans le monde du sport. »

Stephanie Jameson representing Canada on the international stage in Field Hockey.
Stephanie Jameson, représentant le Canada sur la scène internationale du hockey sur gazon. (Photo : Yan Huckendubler)

Son aventure s’est poursuivie quand elle a profité d’une bourse pour poursuivre ses études et elle a obtenu une maîtrise en Irlande. C’est à ce moment qu’elle a passé six mois à travailler pour l’institut du sport de l’Irlande du Nord et à apprendre comment ils génèrent de l’excellence dans le sport de haute performance.

« Quand le temps de rentrer à la maison est venu, je voulais soutenir les athlètes canadiens, découvrir leurs objectifs et travailler avec eux pour les aider à les atteindre », dit-elle, en admettant qu’elle était un peu traître sur le terrain. « C’était à l’époque, mais maintenant je suis avisée et pleine de ressources et j’ai beaucoup appris sur le soutien de nos athlètes nationaux en connaissant leurs objectifs et en voyant qui était là pour les aider. »

Ayant d’abord travaillé comme conseillère aux athlètes de haute performance de l’ICSO, et maintenant comme gestionnaire des services à la performance au Centre sportif panaméricain de Toronto, Mme Jameson affirme que c’est une occasion très spéciale.

« Nous donnons le meilleur de nous-mêmes selon différentes perspectives, » affirme Mme Jameson, une ancienne joueuse, entraîneuse et mentor. « J’appelle cela de la synergie; les gens de l’ICSO collaborent vers un objectif commun, celui d’aider les athlètes canadiens. »

Pour ce qui est de Martha McCabe, elle a participé aux compétitions parmi les nageurs d’élite du monde aux Jeux olympiques, aux championnats du monde, aux jeux du Commonwealth et aux jeux panaméricains, entre autres.

Ancienne athlète de l’année à l’école secondaire Leaside de Toronto, Mme McCabe était douée dans de nombreux sports. Elle a obtenu le titre de nageuse canadienne de l’année en 2012, la même année où elle à participé aux finales des Olympiques à Londres. Pour l’épreuve du 200 m de brasse, sa spécialité, elle n’a jamais éprouvé la moindre ambivalence. L’année précédente, elle a offert sa meilleure performance à la piscine en remportant la médaille de bronze aux finales mondiales à Shanghai.

Martha McCabe, former National Team swimmer, swimming her specialty breaststroke.
Martha McCabe, ancienne nageuse de l’équipe nationale, spécialisée en brasse. (Photo : Martha McCabe)

Ses jours de compétitions sont maintenant terminés et elle est motivée par ses émotions et son dévouement. Elle s’est consacrée à aider les jeunes à réaliser de grands rêves et a créé Head to Head (www.headtohead.ca) -un organisme qui inspire et offre du mentorat aux garçons et filles du Canada grâce à des programmes dans des clubs et des écoles.

Martha McCabe, mentoring youth swimmers in Saskatchewan through Head to Head.
Martha McCabe, agissant comme mentor pour de jeunes nageurs en Saskatchewan grâce à Head to Head. (Photo : Martha McCabe)

« C’était pendant ma première année à l’université que la natation est devenue importante », dit-elle, en se souvenant du rôle important que l’ICSO a joué dans sa carrière de nageuse. « Les médecins, les physiothérapeutes, les entraîneurs, etc., sont toujours là pour aider les athlètes de haute performance. Ils agissent rapidement et offrent un soutien immense.

Leur aide est nécessaire pour atteindre le niveau le plus élevé. En tant qu’athlète, il faut mieux manger et mieux dormir, obtenir des conseils qui fonctionnent et rester concentrés. En bref, l’ICSO était synonyme de soutien. Lorsque je pense au passé, le meilleur aspect de la natation n’était pas les résultats, mais le fait de travailler avec des influenceurs positifs, des mentors et des leaders qui ont eu de l’influence pour moi. C’est la récompense la plus importante. »

Maintenant, diplômée de l’Université de la Colombie-Britannique, et ayant déjà été intéressée par une carrière en médecine et infirmerie, Mme McCabe continue à aider les autres de la même manière qu’on l’a aidée.


David GrossmanDavid Grossman est un expert en communications et conteur ayant remporté plusieurs prix grâce à sa carrière distinguée en animation télévisée, journalisme et relations publiques en sport et gouvernementales. En 2018, il a obtenu un prix de distinction comme membre des médias des Sports universitaires de l’Ontario.

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles

  • 8 avril, 2020
    MISES À JOUR DU COMITÉ CONSULTATIF DE MÉDECINE SPORTIVE : Au Canada, le nombre de cas continue d’augmenter partout au pays, mais le taux de nouveaux cas semble ralentir dans la plupart des régions, bien qu’à des rythmes différents...
  • 30 mars, 2020
    Le Comité International Olympique ( CIO ), le Comité International Paralympique ( IPC ), le comité d’organisation de Tokyo 2020, le gouvernement métropolitain de Tokyo et le gouvernement japonais sont convenus aujourd’hui des nouvelles...
  • 24 mars, 2020
    Note : L’enregistrement audio complet de la conférence de presse téléphonique du mardi 24 mars 2020 avec la présidente du COC Tricia Smith et le chef de la direction et secrétaire général du COC David Shoemaker peut être téléchargé en cliquant ici...
  • 16 mars, 2020
    AVIS SPÉCIAL – FERMETURE DE L’ ISCO Le 15 mars 2020 En raison de la pandémie de la COVID -19, l’équipe principale de leadership de l’Institut canadien du sport de l’Ontario ( ICSO ), en consultation avec notre médecin-chef et avec l’appui du...
  • 4 mars, 2020
    By David Grossman L’Institut canadien du sport de l’Ontario croit au pouvoir du sport et à l’importance d’avoir des modèles et mentors positifs et inspirants à tous les niveaux sportifs. Cette série d’articles en cinq parties, écrite par le...