Oser rêver : Le parcours de la scientifique sportive de l’ICSO Chloe Werle vers la Coupe du monde féminine de la FIFA

lundi, 10 juin, 2019

Chloe Werle a grandi en jouant au soccer, y compris à l’Université, et elle rêvait de se joindre à l’équipe nationale un jour. Lorsqu’elle a réalisé que jouer au plus haut niveau n’était pas la bonne voie pour elle, elle a décidé de se consacrer à aider les athlètes dans leur quête de performance sur la scène internationale.

Titulaire d’un baccalauréat en kinésiologie de l’Université du Manitoba, Mme Werle a été embauchée par l’Institut canadien du sport de l’Ontario (ICSO), en partenariat avec Canada Soccer, en tant que l’une des premières stagiaires au poste de scientifique du sport au sein du Réseau des instituts du sport olympique et paralympique du Canada (RISOP). Dans le cadre de son poste, elle a commencé à travailler au sein du programme national féminin Excel U-17 et du programme régional féminin de l’Ontario Excel U15-U18, tenu à l’école secondaire Bill Crothers à Markham. Présentement, elle termine sa maîtrise ès sciences en réhabilitation. 

En tant que scientifique axée sur le soccer, son quotidien consiste à travailler avec les athlètes et les entraîneurs pour s’assurer que les joueurs progressent dans leur perfectionnement et sont prêts pour la compétition. Cela veut dire d’équilibrer leurs compétences techniques et tactiques avec l’aspect physique par la préparation physique, de superviser les charges, d’analyser le rythme cardiaque, d’effectuer une analyse avec un appareil GPS, de tenir compte du programme de récupération et de faire le suivi des programmes nutritionnels. 

Le stage en sciences de la performance de l’ICSO, un programme d’apprentissage normalisé de deux ans pour les nouvelles recrues en sciences du sport au sein du réseau ISOP, a permis à Mme Werle de recevoir du mentorat de la part des employés aguerris de l’ICSO œuvrant dans le domaine de la performance, et lui a donné l’occasion de travailler dans divers sports pour développer ses compétences et ses connaissances. Elle a récemment obtenu son diplôme du programme d’apprentissage et est l’une des premières à l’avoir obtenu au Canada, tout comme sa collègue Kiri Langford, une autre apprentie qui se consacre à la préparation physique à l’ICSO. Elles passent maintenant à un poste permanent de plus haut niveau au sein de l’ICSO.


Chloe Werle avec l’équipe des moins de 17 ans lors d’un camp en 2019.

Mme Werle faisait également partie du personnel d’Équipe Canada au tournoi des moins de 17 ans de la CONCACAF, lors duquel l’équipe a terminé troisième et s’est qualifiée pour la Coupe du monde de la FIFA 2018 pour les moins de 17 ans, ainsi que la Coupe du monde des moins de 17 ans en Uruguay, où l’équipe a raflé la quatrième place, sa meilleure performance à ce jour.

L’équipe nationale senior comprenait plusieurs membres originaires d’Ontario; Mme Werle a donc entraîné certains joueurs, dont Adriana Leon, lorsqu’ils étaient chez eux. Elle a aussi travaillé avec l’équipe nationale féminine senior lors d’une série de petits camps tenus à l’ICSO et lors de matchs à l’échelle internationale, dont la récente joute contre Mexico qui a eu lieu à Toronto en mai.

C’est alors qu’elle a reçu un appel dont elle rêvait. On lui a demandé de se joindre au personnel de soutien de l’équipe nationale féminine senior lors de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2019 en France.

« J’étais sous le choc lorsqu’ils m’ont appelée. Je crois que j’étais si silencieuse au téléphone qu’ils ont dû confirmer que je les avais entendus. Je n’arrivais pas à y croire. S’ils avaient pu voir mon visage…j’étais folle de joie. »

Lors de la Coupe du monde, Mme Werle travaillera comme scientifique sportive assistante et s’occupera principalement des athlètes aguerris. Son rôle principal sera de s’assurer que les athlètes aguerris sont suffisamment stimulés pour être prêts s’ils doivent jouer.

Avant de se joindre à l’équipe nationale en France pour leur préparation finale pour la Coupe du monde, elle a accepté de s’arrêter pour répondre à quelques questions sur son travail à l’ICSO et ce que cette occasion représente pour elle.

En tant que joueuse de soccer universitaire ayant fait de la compétition dans ce sport, qu’est-ce que cela signifie pour vous de travailler avec l’équipe de soccer et d’aller à la Coupe du monde?

Avoir joué au soccer à l’université tout en voyant l’équipe nationale féminine se perfectionner et obtenir du succès au fil des ans, en plus de travailler dans un sport que j’aime, est vraiment un rêve devenu réalité pour moi, en tant que partisane fervente du soccer et en tant que femme. Travailler avec les équipes juniors et voir leur talent et leur maturité augmenter pendant qu’ils progressent vers l’équipe nationale senior est formidable. En plus, je travaillerai maintenant avec l’équipe senior également; c’est irréel! Même si je n’ai pas pu jouer au plus haut niveau, je peux maintenant travailler avec eux et aller à la Coupe du monde.

 

De quelle manière votre participation au programme d’apprentissage des services de la performance de l’ICSO, puis l’obtention de votre diplôme pour devenir une véritable scientifique sportive vous ont-ils préparée pour ce rôle?

Faire partie du programme d’apprentissage était une occasion fantastique. Cela m’a permis de mettre la main à la pâte et d’en apprendre beaucoup plus sur mon rôle en tant que scientifique sportive. Au sein du programme, j’ai pu collaborer étroitement avec un mentor, notre préparateur physique en chef, et j’ai pu travailler pour d’autres sports, pas juste le soccer. Cela m’a permis de mieux comprendre le rôle de scientifique sportive et ce que j’ai appris m’a aidé à renforcer mon rôle et à appliquer ces connaissances lors de mon travail en soccer. C’est un bon paradoxe; j’obtiens mon diplôme d’apprentie au moment où j’ai plus d’occasions de travailler avec l’équipe nationale senior.

Que souhaitez-vous apprendre ou expérimenter en faisant partie de l’équipe de soutien à la Coupe du monde féminine de la FIFA?

Puisque je ne suis pas la scientifique sportive en chef lors de la Coupe du monde, j’ai hâte d’apprendre à me rendre utile dans un rôle de soutien. Je veux faire tout mon possible pour aider l’équipe et trouver la meilleure manière de travailler dans cet environnement, sans m’imposer ou ajouter de l’agitation autour de l’équipe. Cette expérience me permettra de trouver l’équilibre et d’acquérir de la maturité en tant que professionnelle du sport. J’ai hâte de tirer profit de ces apprentissages et de les appliquer à mon travail avec les équipes juniors.

Quel est votre moment préféré relatif au travail avec l’équipe féminine de soccer?

J’en ai deux! Le premier est à la Coupe du monde des moins de 17 ans, lorsque le Canada a vaincu l’Allemagne et est passé aux quarts de finale. Les filles avaient très bien joué et elles étaient très heureuses et emballées, mais elles ont également vu les joueuses allemandes dévastées par leur échec. Les filles sont allées voir les joueuses allemandes à l’extérieur du terrain et les ont félicitées. Elles ont fait preuve d’un grand professionnalisme et d’esprit sportif. C’était un moment rempli de fierté et vraiment très important pour moi. Mon autre moment préféré est de voir les joueuses de moins de 17 ans avec lesquelles je travaille progresser vers l’équipe nationale senior. Des joueuses comme Jayde Riviere, avec laquelle j’ai travaillé à l’ICSO dans le cadre du programme REX de l’Ontario et qui fait maintenant partie de l’équipe canadienne qui ira à la Coupe du monde en France. Les voir travailler dur et progresser est très encourageant.

 

TSN : L’histoire de Jayde Riviere

jyde_herstory.png

Soccer Canada : #CANWNT Jeunes qui osent briller

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles

  • Sarah Douglas
    15 août, 2019
    POUR DIFFUSION IMMÉDIATE TORONTO (15 août 2019) – L’Institut canadien du sport de l’Ontario ( ICSO ) souhaite féliciter Équipe Canada pour son succès aux Jeux panaméricains de 2019 à Lima au Pérou. Équipe Canada a offert d’excellentes performances...
  • 9 août, 2019
    Pour diffusion immédiate TORONTO (août 9, 2019) – L’Institut canadien du sport de l’Ontario ( ICSO ) est fier d’annoncer un partenariat avec Modo Yoga à St. Catharines. Le partenariat permettra aux athlètes membres de l’ ICSO d’accéder au studio et...
  • 9 août, 2019
    LIMA , PÉROU – La 13e journée des Jeux panaméricains de Lima 2019 a été une journée de progrès pour les formations de sports d’équipe du Canada dans leurs efforts de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020. Comme l’équipe féminine la...
  • 8 août, 2019
    Il n’y aura pas d’horaire d’entraînement libre pour les athlètes brevetés du PAA le lundi 12 août 2019. L’horaire habituel d’entraînement libre reprendra le mardi 13 août à 7 h 30. Comme solution de rechange, nous recommandons aux athlètes brevetés...
  • 8 août, 2019
    LIMA , PÉROU – Le Canada participera à une autre épreuve de sports équestres à Tokyo 2020 grâce à l’équipe de sauts d’obstacles, qui a pris le quatrième rang à Lima pour obtenir son billet pour le Japon. Quoique les trois premières équipes...