Ruck et Thormeyer, meilleurs athlètes de sports aquatiques; Titley, meilleur entraîneur

jeudi, 20 décembre, 2018

Après une année à battre les records, Taylor Ruck a été nommée athlète féminine de sports aquatiques au Canada.

L’athlète de 18 ans originaire de Kelowna en Colombie-Britannique est la lauréate de l’une des quatre récompenses remises au monde de la natation par Canada Aquatiques cette année. Elle a mis la main sur le titre d’Athlète féminine de l’année décerné par l’organisme qui chapeaute la natation, le plongeon, le water-polo et la natation artistique.

Entre-temps, son entraîneur Ben Titley a été nommé Entraîneur de l’année, son coéquipier Markus Thormeyer, l’Athlète masculin de l’année et Natation Canada, l’Organisme dirigeant de l’année.

« Il y a tant d’athlètes canadiens talentueux et je suis touchée que l’on me considère comme la meilleure athlète canadienne », dit la principale concernée qui participe à la Coupe de Lausanne en Suisse avec le Centre de haute performance de l’Ontario cette semaine.

Ruck a remporté le plus grand nombre de médailles de l’histoire par une Canadienne à des Jeux du Commonwealth lors de ceux de la Gold Coast en Australie en avril dernier. Avec huit médailles, elle égalise le record de tous les temps à cette compétition. Même si elle avait déjà deux médailles de relais olympiques à son actif, elle considère que c’est sur la Gold Coast qu’elle a fait sa percée.

« Ça m’a poussé à viser plus haut. J’ai eu tellement de plaisir. C’était réellement une bonne compétition pour moi et c’est ce qui m’a mené vers tous ces succès. Je n’avais pas vraiment un nombre de médaillesen tête, mais je crois qu’après la sixième, Ben commençait à envisager la huitième. Je me suis alors dit : “OK, j’imagine que c’est faisable”. »

Elle a aussi réalisé un record canadien en remportant le plus grand nombre de médailles aux Championnats pan-pacifiques à Tokyo en août, soit cinq au total. Cet exploit compte une victoire au 200 mètres libre devant la championne olympique Katie Ledecky, ce qui a valu à Ruck l’or des pan-pacs et le 1er rang mondial à cette épreuve.

Comme à l’habitude, l’exploit n’ébranle pas son auteure : « Cette médaille a fait croître les attentes à mon égard en quelque sorte. Mais je n’ai pas eu de compétition d’envergure depuis. J’imagine qu’il faudra attendre les essais [canadiens de natation à Toronto en avril], alors j’attends cette compétition et les [Championnats du monde de la FINA à Gwanju en Corée en juillet] avec impatience pour voir ce dont je suis capable. »

Le parcours a été quelque peu cahoteux pour Ruck qui a goûté au succès olympique à 16 ans, mais qui a entamé l’année 2018 sans s’être qualifiée pour l’équipe nationale en 2017. Cette expérience lui a appris qu’elle ne peut rien tenir pour acquis en vue des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

« Il ne faut pas que je m’attende à faire l’équipe aux essais. On ne peut jamais avoir de certitudes. Mais tant que je continue de foncer et de travailler fort, je serai prête. »

Ruck fait aussi face aux rigueurs de la vie d’étudiante de première année à l’université Stanford cette année. L’équipe de l’université s’entraîne aux côtés de professionnelles comme Ledecky et la championne olympique Simone Manuel.

« C’est assurément très différent. Je n’avais jamais suivi de cours d’espagnol et le tout premier jour, l’enseignant nous parlait en espagnol. Je me disais : “Mon doux, dans quoi me suis-je embarquée?” Mais j’ai tout de même bien fait et je suis fière. J’ai appris à gérer mon temps, mais ce fut tout un processus. »

Ruck croit que Titley mérite son prix d’Entraîneur de l’année et qu’il est aussi en grande partie responsable de son titre à elle.

« Ben est incroyable. Il m’a permis de me rendre où j’en suis. Je lui suis tellement reconnaissante et je remercie mes coéquipiers qui m’aident à repousser mes limites tous les jours à l’entraînement. »

Pendant ce temps, il s’agit du deuxième prix décerné cette semaine à Thormeyer qui a été nommé Nageur masculin de l’année par Natation Canada. Ruck a été coiffée par Kylie Masse chez les femmes. Ce prix est plutôt basé sur la meilleure performance de l’année, alors que Canada Aquatiques a souligné l’ensemble des performances de Ruck lors de la saison 2018.

Natation Canada a mis la main sur le titre d’organisme dirigeant de l’année, ce qui souligne tout l’élan que connaît le sport. L’organisme a tiré parti de sa structure de compétition annoncée l’an dernier, il a mis en place des occasions d’apprentissage en ligne qui continueront de croître et il a assumé un rôle de leader en développement du Sport sécuritaire, notamment en engageant des ressources à temps plein pour s’assurer que la natation demeure l’un des environnements sportifs les plus sécuritaires au Canada.

« Il y a de quoi être fiers de notre organisation, mais tout spécialement de Taylor, de Ben et de Markus, dit le directeur général de Natation Canada, Ahmed El-Awadi. Ils ont connu des années extraordinaires et ils ont été d’excellents ambassadeurs de notre famille dévouée à la natation et de notre pays sur la scène internationale. »

Article par : Natation Canada

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles